Juge et parti

Je commence certains jours à me dire que je n’ai décidément rien compris au monde dans lequel je vis… tout du moins au monde professionnel dans lequel j’évolue. Certes je connais très bien la façon dont on peut pousser un prétendu expert SEO à envoyer une lettre de licenciement (youpi !!) , très bien aussi celle qui consiste à se faire connaître dans sa communauté, celle enfin avec laquelle on peut se faire des ennemis. Cela étant il y a encore une chose qui me contrarie et que je ne parviens à m’expliquer : comment on peut à la fois être juge et parti.

Le référenceur qui aimait Google

Dans le monde du SEO, ou plutôt dans la communauté puisque c’est le terme adéquat, il y a différents types de personnes. On les trie par couleur de chapeau (noir, blanc…), par domaine de compétences (netlinkeur, consultant, branleur…), que sais-je encore. Je me suis habitué à cette classification, dont je suis moi aussi acteur, à travers ce blog et ce que je raconte sur celui des autres, sans oublier les forums (quoique, ces derniers mois…) ni Twitter. Bref une catégorisation et une classification classiques dans un milieu fermé tel que le nôtre.

Or quelle que soit notre position et quels que soient nos attributs au sein de ce microcosme qu’est le SEO, nous avons tous affaire à Google. Parmi nous, il y a ceux qui révèrent Google comme on révère Apple, SFR, Nike ou autre, parmi lesquels ceux qui considèrent que le géant de la recherche sur internet est non seulement le meilleur mais aussi le seul sur lequel on puisse véritablement compter. Ceux-ci font échos à cette phrase que j’entends souvent : il n’y a que Google qui donne des résultats pertinents. Laissons de côté le fait que ceux qui prononcent ces mots ne se sont pas rendu compte que c’est parce qu’ils ne cherchent que sur Google qu’ils ont été formatés à la façon de rechercher avec un moteur et pas parce que Google a sondé l’esprit humain au point de faire correspondre son algorithme à nos différentes connexions neuronales, et passons à la suite : il y a bel et bien des SEO amoureux de Google.

Ces référenceurs, amoureux du moteur grâce auquel ils  génèrent leur CA annuel, sont eux-mêmes de plusieurs natures. Ceux sur lesquels j’ai envie de baver d’insister sont ceux qui se sentent investis d’une mission, comme si Google avait besoin, à l’instar d’un Dieu unique, de prophètes qui non seulement portent sa bonne parole (don’t be evil, content is king, facebook sucks…) mais aussi veillent à ce que Sa loi soit respectée. Ces SEO-là, donc, traquent avec hargne, voire mépris, tous ceux qui, païens ou non, contournent ou cherchent à contourner les sacro-saintes guidelines. Dans quel but ? Tout simplement dans le but de les juger, voire de les punir comme des impies qu’ils sont ! Leurs lieux de contrôle favoris sont les annuaires et les sites de CP, qu’ils laissent gentiment ouverts à celles et ceux des référenceurs qui souhaitent y poser des liens, de façon à les prendre la main dans le sac. Pas bêtes les prophètes !

Or c’est là que s’exerce leur censure : prenant à coeur de ne laisser passer aucun faussaire ni aucun SEO malveillant (entendez par là aucun spammeur), ils jugent mieux que Google lui-même d’une part de la qualité du contenu qui leur est fourni et d’autre part de l’unicité de celui-ci.

C’est le genre de webmasters qui lisent un communiqué soigneusement écrit à la main, formaté comme il le se doit pour être seo friendly et CP acceptable, qui contient une image, voire une vidéo (embed de Youtube car c’est le top du seo friendly tu as vu ?) et qui, chaussant leur lunettes (bientôt peut-être leurs Google-binocles), sont capables au premier coup d’oeil de repérer un spin, même imaginaire. Vous, donc, SEO responsable comme on est éco-responsable, droit dans vos baskets (30€ à Belsunce, pas chères pour des Adidas !), qui avez pris le temps de rédiger, pour une fois, votre CP vous-même, de demander des photos avec copyright à votre client et de choisir ce site de CP pour y placer un communiqué digne de ce nom, voilà que vous recevez un mail dudit prophète, qui proclame : pas de spin ici => poubelle !! …

C’est le même genre de personne qui, administrateur d’un annuaire avec un PR de ouf (j’ai pris un PR 2 à la dernière MAJ, tu as vu ?!) , laisse à Arfooo le soin de vérifier pour lui (et pour vous) le contenu dupliqué (puni par la Loi, je le rappelle !). Il suffit en effet de choisir, dans le panneau admin d’Arfooo, ce que l’on souhaite voir vérifier (Combien de phrases aléatoires doivent être vérifiées, Combien de mots doit contenir une phrase, Combien de phrases vérifiés peuvent être dupliquées). Or vous, consciencieux, et qui n’avez pas de temps à perdre en envoyant une sale copie de la meta-description du site de votre client pour la voir refusée par le webmaster en question, prenez le temps de suivre pas à pas les conditions mises en place par celui-ci. Vous rédigez donc vous-même une description de qualité, unique ne son genre, et la soumettez directement au moteur pour être sûr qu’elle soit bel et bien unique ; ensuite vous choisissez avec soin votre catégorie, ajoutez une image parce qu’Arfooo a la gentillesse de vous le proposer, ajoutez un lien retour vers l’annuaire pour être sympa (parce que ce n’est pas toujours obligatoire) et là, pas de chance puisqu’un message s’affiche à l’écran : Votre description est déjà présente sur un ou plusieurs autre(s) site(s)/annuaire(s). Merci de la modifier afin de la rendre unique. Vlan, rentre chez toi Jamin !

Les pires, me disait un ami religieux au sujet de ces coreligionnaires, ce sont les convertis… SIC !

Bon je vois que j’ai atteint les 1000 mots et je pense que j’ai dû perdre la moitié des lecteurs en route… donc je vous donne rendez-vous pour la suite : Juge et parti 2 : Le référenceur qui avait des potes (prochainement dans votre boutique SEO)