Juge et parti 2 : le référenceur qui avait des potes

Avoir des potes dans la profession, c’est souvent un avantage : avoir des amis, c’est très utileuh, un peu d’astuce, d’espièglerie… Bref oui, je ne vais pas le cacher : sans mon réseau, je ne serais jamais parvenu à travailler à mon compte comme je le fais aujourd’hui. Sans l’un de nos plus prestigieux confrères (je ne le cite plus, sinon Stéphanie va encore se moquer de moi devant tout le monde), je n’aurais pas eu la chance de pouvoir signer des contrats avec  les premiers clients à long terme que je bichonne le plus aujourd’hui. Je reconnais aussi que sans le fait de m’être fait connaître via Twitter et ce blog, et d’avoir lié des relations avec le microcosme des SEO qui palabrent en ligne, personne n’aurait jamais eu l’idée de m’interviewer, de vouloir savoir ce que je pense, comment je vois le SEO, Google… Le gros avantage a surtout consisté pour moi à avoir des tribunes dans lesquelles exposer mes idées et mes points de désaccord avec mes consoeurs et confrères, voire défourailler sur ceux qui à mes yeux le méritaient. Mais ça s’arrête là.

La reconnaissance avant tout

Ce qui est vraiment bien, quand on a des potes dans le métier, c’est la reconnaissance. En effet il suffit pour certains SEO de passer beaucoup de temps sur les réseaux, sur les forums (oui oui, ça existe encore) et sur les blogs (à commenter les articles des potes, justement), pour être reconnu. Mais reconnu comme quoi ? J’en connais qui n’ont pas d’idées, qui ne savent pas penser (ni s’exprimer correctement) par eux-mêmes, qui passent leur temps à rebloguer-repomper-recopier-remâcher-régurgiter tout ce qui se dit, sans avis personnel, mais comme ils sont reconnus, ce n’est pas grave et même c’est super ! Eh oui c’est génial d’avoir des potes, d’être d’accord avec eux, d’être partie intégrante de la communauté… On peut se rassurer, on peut même se vanter d’être premier sur telle ou telle expression, d’être proche d’y arriver sur tel mot-clé… Etre reconnu, c’est aussi cela !! En revanche il ne faut pas se fâcher leurs potes, à ces gens-là, parce que, du haut de leur insignifiance, ils savent drôlement bien tempêter, gronder, remettre les {choses|gens} à leur place !!

La consécration ensuite

Un autre avantage d’avoir des potes, quand même, c’est que n’importe qui en ayant peut se constituer le spécialiste de ci ou cela et personne ne le contredit (on l’y encourage, même !). Ainsi on se distribue allègrement les rôles, de meilleur, de premier, de plus fort, de spécialiste, d’expert ou de jeune prometteur… Bref c’est les César du SEO en permanence… Les listes de nominés ne changent pas, seul le premier rôle est attribué aléatoirement… On peut même faire croire aux autres SEO (enfin aux béni-oui-oui qui veulent bien y croire) ce que l’on veut, et même que l’on sait à l’avance ce qui va buzzer, ou ce que Google va prochainement modifier dans son algo, ou bien encore à quelle date aura la prochaine release du PR, la prochaine vague de sanctions… En bref il y a un même une clique de messieurs Soleil du SEO, eh oui ! Et puisqu’ils ont des potes, tout le monde fait semblant d’y croire, comme à l’horoscope de 20 Minutes ! Eh oui, cela alimente les discussions entre potes, n’est-ce pas ? Dans ce domaine, chacun des potes est, à son tour, susceptible d’être élu meilleur blogueur SEO francophone (rien que ça) voire, et alors là on atteint un sommet dans l’hypocrisie, et la grande bêtise, meilleur SEO français !!

Le confrère dont je parle en intro et pour lequel, je me répète mais je trouve ça légitime, j’ai un immense respect et une reconnaissance sans limites, m’a souvent dit : le résultat se voit à l’écran. Or, à l’écran, dans les SERP, on voit  des sites, pas des SEO…