This is a Google world

Plus j’avance, lis et me renseigne sur le SEO, et plus je me pose cette question : Google va-t-il véritablement envahir un à un tous les espaces vides, combler tour à tour tous les interstices, virtuels et réels ?

Pour commencer, chaque fois qu’un site fait parler de lui au lieu que l’on parle de Google, ou qu’un de ses concurrents sort un produit, un outil avant lui, Google saute dessus, le phagocyte, le digère et finit par en ressortir un à sa sauce : Yahoo Mail ? Gmail ! Twitter ? Buzz ! Firefox ou IE ? Chrome ! Windows 7 ? Chrome OS ! Iphone ? Nexus One ! Plus encore, quand rien n’existe dans un espace vide, Google s’y immisce bien vite. Parfois c’est juste pour faire parler de lui et au final, rien ne se passe : Google Wave ?… Google Accelerator ? …

Un autre élément me paraît déterminant : nous.

Je m’explique : le fait qu’il soit N°1 nous oblige, quelque part, à suivre ses moindres pas, à faire des tests suite à la moindre annonce de modification du sacro-saint algorithme, et à écouter les moindres communications, même vides, des Matt Cutts et autres. Nous sommes donc les principaux spectateurs de ce show continuel, servi à la table du référencement naturel. Ainsi c’est nous aussi qui tendons notre assiette lorsqu’elle est vide (à quand la prochaine mise à jour du PR ?) pour que Google nous serve sa soupe. Nous goûtons à tous les plats, même si certains d’entre nous ont pris le soin, via les blogs et autres tweets, de nous prévenir sur l’absence de saveur ou de consistance.

Bon, je pense avoir suffisamment insisté sur l’omniprésence de Google dans le monde virtuel. Place au réel, au concret, au palpable.

D’après les dernières infos (enfin presque) Google serait sur le point de pouvoir bientôt construire lui-même des processeurs, ce qui laisse augurer la construction prochaine de matériel informatique. Il existe déjà des G-phones, avec un G-système, alors pourquoi pas des G-PC, avec un G-Système d’exploitation ? Je ne sais d’ailleurs pas où en est le G-OS à ce jour, mais il devrait bientôt être utilisable (et utilisé en masse).

Ce que je sais, en revanche, c’est que Google investit dans le terrain, dans l’espace physique et non plus virtuel, pour l’installation et le développement de ses data-centers. Il pourrait donc indexer toujours plus de pages, toujours plus de posts, toujours plus de tweets, … Tout cela a-t-il une fin (physique et virtuelle) ?

Il semble que non, incontestablement. Alors à quand le Google Land, peuplé de serveurs ? A quand le Google satellite plein à craquer de données ? A quand la G-station orbitale interconnectant le tout ? A quand la G-Moon ?…

Enfin, et pour finir : à Marseille, nous nous posons de plus en plus cette question brûlante et de haute importance :

A quand la Google Pizza ?

 

5 réactions sur “This is a Google world”

  1. J’adore ton concept de Google Pizza, peut être que tu vas donner l’idée à Mr Google :)

  2. jb dit :

    et dire que google a été crée avec rien au départ , quelque part sa fait réfléchir et a quand Google Mac Do et Kebab !!!!

  3. […] Google où j’expliquais que, celui-ci étant le N°1 de la recherche en ligne en France, nous devons nous plier à ses règles en terme de référencement naturel. Cela étant dit, personnellement, en tant que SEO, aussi bien […]

  4. […] lui, exprime ses intentions uniquement par ce qu’il saisit dans la barre de recherche de Google. On n’en sait donc que peu sur ses intentions. Pour aller plus loin dans cette connaissance […]

  5. […] aujourd’hui en France plus au GEO (Google Search Optimization) qu’au SEO, et même que le monde est à Google, mais je ne suis pas pour autant du même avis que ce respectable […]