Lettre ouverte à Julien B.

vince Commentaires fermés sur Lettre ouverte à Julien B.

Julien,

Cela fait un moment que toi et moi avons pris l’habitude de nous en prendre l’un à l’autre. Certes pour moi c’est facile, puisque tu écris volontairement mal, que tu fais preuve d’un obscurantisme qui me déplaît foncièrement et que tu m’opposes systématiquement des arguments qui ne valent rien.

Pour toi c’est facile, puisque d’une part tu as trouvé en moi la personne qui, après t’avoir montré de la considération, a décidé de systématiquement te railler, te donnant l’impression que j’ai des envies de vengeance éternelles à ton encontre et qu’en conséquence tu peux invariablement revenir sur ce sujet, clos pour moi depuis longtemps, et d’autre part tu as, toi, de la considération pour des personnes et des organisations pour lesquelles je n’en ai a priori pas.

De plus, SEO français expatrié en Amérique du Nord, tu bénéficies d’une certaine aura dans le microcosme qu’il est convenu d’appeler la communauté SEO, à mon sens moins parce que tu as des qualités (si je m’en tiens uniquement à la qualité de tes écrits, tant fond que forme) que parce que tu vis loin d’ici. La majeure partie des blogueurs-twitteurs SEO français, eux, ont une autre image de toi, à peu près à l’opposé, et tu bénéficies donc non seulement d’une audience, mais d’une certaine magnanimité voire d’une grande crédibilité professionnelle à leurs yeux. Bien.

Là où cela est devenu problématique pour moi, c’est lorsque des hordes de SEO, qui auraient pu me sembler à ta botte mais qui ne sont finalement que des admirateurs ou des potes à toi – j’en veux pour preuves les tweets assassins que j’ai pu recevoir parfois, ainsi que les commentaires non moins virulents à mon égard que j’ai pu lire sur ton blog lorsque tu t’adressais directement à moi en septembre dernier (http://lemusclereferencement.com/2013/09/19/mise-au-point/) – ont commencé à mettre leur grain de sel dans une histoire déjà bien salée.

Je m’en prends donc généralement à eux autant qu’à toi à travers mes commentaires acerbes et mes tweets non dénués d’envie de donner un coup de pied dans cette fourmilière qui, à mon sens, dort un peu trop sur ses acquis et se regarde un peu trop le nombril, dans une dynamique d’inclusion/exclusion qui me déplaît, ce dont d’ailleurs je ne me prive jamais de parler dans les termes les plus agaçants possible.

Pour autant il y a pas mal de gens qui, sans prendre partie pour l’un ou pour l’autre, se retrouvent sous le feu nourri de nos engueulades perpétuelles et qui n’ont pourtant rien à voir avec cela, n’étant pas concernés ! Ces personnes ne sont pas partie prenante de ce qui nous oppose. Pour certains, la fonction bloquer de Twitter m’a permis de ne plus leur imposer mes tweets (tout en me permettant à moi de ne plus recevoir les leurs). Ceux qui me laissent m’exprimer sur leur blog ne sont pas pour autant dans mon camp (qui serait opposé à ton camp ). Je n’ai pas le pouvoir ni la prétention de vouloir te faire changer, pour autant je te prierais de laisser ces gens hors de tout cela, et de concentrer tes diatribes et autres critiques sur moi, et uniquement moi. Parce que tout cela ne concerne que moi, et moi seul.

Je ne laisse exceptionnellement pas les commentaires ouverts sur ce billet, parce qu’il n’est pas destiné à recevoir de réponses, et parce que j’ai un mois à boucler.

Bien à toi,

Vincent

 

Les commentaires sont fermés.