Ami ou ennemi ?

Suite à une énième discussion peu constructive sur Twitter hier, je suis revenu à un article paru il y a quelques semaines déjà, dans lequel une réflexion a fait naître chez moi un questionnement tout nouveau au sujet de notre meilleur ennemi, Google. Publié par l’auto-proclamé Juge musclé du SEO, cet article pose en particulier la question toute bête mais à laquelle j’avais besoin de consacrer un article pour y voir plus clair moi-même : Google est-il un ami ou un ennemi ?

Le fond du problème

Je passe la partie auto-promotion, la partie auto-satisfaction et la partie je montre que je n’ai rien compris ou que je ne parviens pas à lire ce qu’écrit Jamin et du coup je fais marrer mes potes (qui sont aussi voire plus cons que moi) en montrant mes jolis muscles, puis la partie putain ce que je suis beau, pour en arriver à la dernière partie de l’article, dans laquelle le blogueur déclare : Tu vois Google comme un ennemi qu’il faut feinter, combattre. Je suis un référenceur artisan, je vois Google comme un Outil qu’il faut utiliser. Là encore je passe la partie moi au moins je…, mais toi tu… pour m’intéresser à cela : est-ce que moi, Jamin, je vois Google comme un ennemi qu’il faut feinter ou combattre, ou bien comme un outil qu’il faut utiliser ? Bonne question !!

tortue-geniale-muscles

Google est-il mon ami ?

En étant honnête, je dois dire que cela plus de dix ans maintenant que la très grande majeure partie de mes requêtes, en tant que professionnel comme en tant qu’internaute, se font par le biais de Google, comme c’est d’ailleurs le cas pour une grande majorité de français. Donc dans ce premier cas, on peut dire que oui, Google est plutôt un bon ami.

Ensuite, si je regarde Google dans une acceptation plus large, je me dis qu’avec tous mes comptes gmail (pro et perso), toutes mes alertes sur les thématiques travaillées (pro), mon agenda en ligne (pro et perso), mes fichiers partagés (pro), Youtube (pro et perso) et Google Play (perso), je mentirais en disant que c’est mon ennemi !

Enfin pour ce qui est de mon métier, Google étant le fournisseur de positions de mots-clés et de pages de résultats des clients pour lesquels je travaille, je serai le plus honnête du monde en disant que, bien entendu, Google est mon ami ! C’est lui que mes clients consultent chaque jour pour voir si leur site est (enfin !) passé en 1ère page grâce au travail conjugué du consultant on site qui en a la charge et du netlinker que je suis.

Mais Google c’est aussi l’outil électronique sur le fonctionnement duquel j’ai été formé à un âge assez avancé pour commencer une nouvelle carrière et en cela, oui c’est mon plus grand pote inanimé (je ne compte pas Portgas D. Ace, puisqu’il s’est retrouvé plus ou moins animé grâce à l’inévitable Tōei, mais je digresse, pardon).

portgas-d-ace

Google est-il mon ennemi ?

Je répondrai à cette question en deux temps, reprenant les deux verbes utilisés par le mec qui ne pourrait être que mon supérieur si je bossais avec lui (et s’il pense qu’il est le seul dans le cas, d’ailleurs, il a tort (oui j’ai bien écrit torT)) : feinter et combattre.

Faut-il feinter Google ?

Si l’on considère que feinter c’est chercher à tromper et en supposant que l’on se comporte avec Google comme avec un être animé doué de raison, alors je réponds tout de suite : Oui bien sûr !! Oui mon job suppose de feinter Google, de lui faire croire des choses, notamment que telle boutique vend des meilleurs produits que sa concurrente (qui commercialise pourtant exactement les mêmes, au même prix voire moins cher) et qu’il faut en conséquence la positionner plus haut qu’elle dans ses résultats !

Oui l’algorithme (ou les algorithmes) qui permet(tent) au moteur de donner telle ou telle position voire tel PR, on m’a appris à lui donner du grain à moudre, à faire des pieds et des mains pour le dompter comme on dompterait un être vivant, à faire des tests empiriques pour voir comment il évolue dans son milieu naturel pour mieux lui faire suivre la trace que je souhaite le voir suivre et emprunter la voie que j’aimerais le voir prendre. C’est avec ça que je gagne ma vie ! C’est mon savoir-faire et que cela soit plaisant ou pas pour les autres webworkers, SEO, consultants et autres en référencement, c’est ainsi et je souhaite même que cela continue le plus longtemps possible. Parce que je l’aime bien, ce savoir-faire, et j’aime à le faire évoluer, encore et encore, à l’affiner, à le maîtriser et je souhaite le faire encore plus dans les années à venir ! D’ailleurs on me confie des missions pour cela, et pas pour autre chose !

Faut-il combattre Google ?

Si l’on considère que combattre c’est chercher à nuire voire à éliminer ou encore à opposer une résistance, je dirais : Non, bien sûr que non !  A quoi cela me servirait-il de combattre l’animal qui me fait manger ? Certes la grosse turbine que représente économiquement et socialement Google, à l’instar de tant d’autres entreprises tentaculaires et organisations politiques ne me fait pas rêver et ne me donne pas une grande confiance dans l’avenir de l’humanité (je pense avoir été assez clair à ce sujet dans mon article intitulé Bzzzzzzzz !), mais cela n’a rien à voir avec mon job !

Mon métier ne suppose pas que je combatte ce monstre, je ne suis pas doté d’armes magiques comme les héros de l’Antiquité grecque ni ne suis épaulé par les Dieux eux-mêmes à l’instar d’un Persée ou d’un Héraclès. Quand bien même je le serais, pourquoi irais-je mettre à terre l’outil qui m’a permis d’accéder à la liberté dans laquelle j’évolue au quotidien depuis maintenant 3 ans, professionnellement parlant ?

Conclusion

Pour conclure, l’existence même de Google et la pérennité de ce web dans lequel on utilise encore un moteur de recherche pour naviguer en ligne, ne sont ni mes amis ni mes ennemis : ce sont les conditions grâce auxquelles je vis professionnellement aujourd’hui et dans lesquelles je souhaite pouvoir continuer à évoluer dans les années à venir.

 

7 réactions sur “Ami ou ennemi ?”

  1. Mabrouk dit :

    Pour ma part, comme dans votre conclusion, Google n’est ni un ami, ni un ennemi. C’est un outil, avec ses bons et ses moins bons aspects. Même si le moteur de recherche s’affine avec le temps, ses résultats de recherche ne sont pas toujours pertinents. Et ce côté « big brother » avec Google+, les balises auteurs, etc., auraient tendance à me peser. Ceci dit, impossible de s’en passer ! Cette suprématie n’a sûrement pas que de bons côtés !

  2. Thibault dit :

    « Combattre Google », je n’oserai pas me lancer dans cette bataille, je suis trop petit ! En revanche, essayer de comprendre son fonctionnement : oui. Mais ce n’est pas facile de mettre à jour sa face cachée. Ses secrets sont bien gardés et cela n’est pas près de changer. Tant mieux ! L’homme est ainsi fait qu’il aime les défis… et aussi les victoires :-) !

  3. jessyseonoob dit :

    Bonjour Vincent,

    Je passe sur la guéguerre stérile que vous vous faites avec le muscle, mais t’es chez toi, tu fais ce que tu veux. Et je te redis ce que je t’ai dis sur twitter, ton article était lisible sans ce passage et il m’aurait été plus facile à lire en tant que lecteur.

    Pour tout dire, j’ai cru que c’était un truc entre vous pour maintenir du linkbaiting et que vous étiez potes pendant longtemps :-)

    Vous avez chacun vos idées et façon de faire les choses.

    Pas les mêmes expériences, et chacun de vous partage ce qu’il veut bien montrer.

    J’avoues que chez le muscle y’a des cas pratiques qui sont montrés et qui sont factuel à ces cas : expérimentation.

    Toi tu ne pourrais pas faire la même chose, parcque que ton truc c’est le netlinking (compliment lu chez le muscle) et que c’est donc normal que tu n’ailles pas dévoiler tes plans qui te nourissent (ce que j’apprend aujourd’hui). Vous ne faîtes pas la même chose.

    Pour en revenir à l’article. Est-ce que google est un ami ou un ennemi, toujours pareil, ça dépend de quel côté de la barre tu es.

    Si tu vend de l’adwords et t’es payé à la consommation, c’est ton plus grand ami, si tu vend de la presta seo, c’est ton plus grand ami, si t’es le client qui doit positionner son site, c’est un emmerdeur parcqu’il t’oblige à embaucher les 2 gas précédents.

    La compétition en fait elle n’est pas contre google.
    Google c’est celui qui est en train de manger le pop corn et qui te dis, voilà on joue à highlander, et il ne peut en rester que 10, et pour corser, je met en place un système pour que vous montiez plus vite en payant, et on joue à la course d’obstacles, avec des animaux.

    Tien on a la recette de farmville sur facebook.

    Comment faire pour ranker mieux ? le chemin du noob, lire ce qu’il se dit, regarder si google donne des bonus, évaluer si y’a des transversales, évaluer le risque, tester voir si ça marche.

  4. bon question est-ce que google est un ami ou un ennemi, toujours pareil, ça dépend de quel côté de la barre tu es.

    Si tu vend de l’adwords et t’es payé à la consommation, c’est ton plus grand ami, si tu vend de la presta seo, c’est ton plus grand ami, si t’es le client qui doit positionner son site, c’est un emmerdeur parcqu’il t’oblige à embaucher les 2 gas précédents. grand merci pour le partage

  5. Sébastien dit :

    Pour ma part je pense que Google en tant que moteur de recherche n’est ni un ami ni un ennemi. Il est juste l’ecosystème dans lequel nous évoluons en tant que SEO. On ne dit pas de la nature qu’elle est amie ou ennemie, on fait avec.

    Après en tant que société Google est de moins en moins l’amie des SEO et même des webmasters.

  6. Voilà voilà.
    Encore un qui se croit le centre du monde.
    C’est bien, tu as fait ton p’tit rototo ?

    Ce mec doit avoir tellement la haine car il n’est qu’un simple netlinker (c’est à dire qu’il bouffe du Xrumer à longueur de journée pour vendre des doudounes Moncler)…

    On se voit de visu à la fistinière ? C’est moi le donneur ou bien c’est toi ?

  7. vince dit :

    @tous : désolé de ne pas avoir pris le temps de vus répondre vendredi
    @Sébastien : Oui tout à fait, je me vois mal être pour ou contre la Nature 😀
    @Ref Nat Tunisie : Bien vu :)
    @Jessynoobseo : Toi aussi tu évoques l’adwords. Moi ce n’est pas mon job, donc je vois en fonction de mon taf à moi, mais c’est vrai que pris dans sa globalité, Google est présent à tous les niveaux de nos jobs de SEO, donc chacun le considère à sa propre façon. Cela étant j’adore l’analogie avec Highlander 😀
    @Thibault : on est d’accord, et puis combattre celui qui me fait manger relève de la schizophrénie, non ?
    @Mabrouk : Eh oui c’est ce qui fait aussi tout le fun de notre métier :)
    @Ta mère… : Je t’aime aussi, mais dis donc, je ne te vois plus aux soirées ?… (accessoirement merci, tu m’as donné le thème de mon prochain billet… bisous grand fou)